CLICK & COLLECT LE WEEK-END DE 14h À 18h À LA CITÉ FERTILE

Sad Monsters Club

NOUS SOMMES TOUS DES SAD MONSTERS

Sad Monsters Club

Voilà ce qu'aime à nous rappeler Jade Mouge, la créatrice de ce club particulier.

Commençons avec un peu d'étymologie :
Le terme "monstre" vient du latin monstrare, qui signifie « montrer »,
« indiquer », et de monstrum, rattaché au verbe monere, « avertir », rien
de bien méchant donc.
Aujourd'hui encore les synonymes de monstrueux sont très divers : difforme, affreux, abominable, ou bien encore extraordinaire, prodigieux, phénoménal.

Ces monstres sont tristes, "sad" en anglais.
En effet, leurs yeux reflètent les inquiétudes communes face au monde actuel, un questionnement intérieur intense difficile à nommer avec de simples mots. Leur point commun est leur expression, qui reflète des émotions perçues comme négatives. De la peur, de la colère, de l’inquiétude, de l’hésitation, de la peine, de la mélancolie...
À l’heure où la plupart de ces émotions sont vues comme de la faiblesse, de la fragilité, de la folie, ces monstres apparaissent pourtant terriblement présents et forts.

Dans ce travail artistique, Jade souligne des antithèses comme l’abstrait et le figuratif, la joie et la tristesse, la force et la vulnérabilité, l’individuel et l’universel, l’admiration et l’effroi.

Ce projet est né en novembre 2019 quand Jade a rapidement recouvert un mur entier de ces portraits de monstres tristes, de manière presque compulsive. Ces portraits expressifs et colorés sont en constante évolution depuis. Les formats, les outils évoluent au fil du temps.
Chaque Sad Monster peut être une oeuvre seule ou s’intégrer dans l’ensemble. Il y a donc une idée d’unité, de communauté et d’union. Chaque monstre accroché au mur renforce l’impact de l’oeuvre. Ainsi, le spectateur est tout autant regardé qu'il ne regarde. Il y a une interaction, il se glisse dans l’oeuvre et en devient acteur.

 

Faites-vous plaisir en retrouvant ses œuvres dans la boutique COLLOQUE